Les paiements mobiles représenteront 95 milliards de dollars en 2018 [Etude]

Le mobile peut-il enterrer la CB ? Est-ce le moment de dire adieu aux autres moyens de paiement ? APPLE PAY ou SAMSUMG PAY : DEUX grands exemples qui illustrent parfaitement la révolution des transactions effectuées via un mobile et qui doivent inquiéter nos amis banquiers.

ÉTUDE Alors qu’ils s’élèvent à 35 milliards de dollars en 2015, les paiements sans contact devraient tripler d’ici 2018, d’après une étude du 11 avril 2016 signée Juniper Research. Les wearables ne devraient représenter que 2% des paiements mobiles sans contact en 2018. 

C'est le smartphone qui devrait le plus tirer son épingle du jeu sur le marché du paiement sans contact.
C’est le smartphone qui devrait le plus tirer son épingle du jeu sur le marché du paiement sans contact.                     © goodluz – Fotolia

35 milliards de dollars. C’est le montant total de paiement sans contact enregistrés en 2015, en additionnant les paiements mobiles et les wearables, d’après une étude Juniper Research, publiée le 11 avril 2016. Plus impressionnant encore, les paiements sans contact devraient représenter 95 milliards de dollars en 2018. Sur ce marché du paiement mobile, c’est Apple qui a changé la donne, en déployant Apple Pay aux Etats-Unis, en octobre 2014. La marque a enregistré 1 million d’utilisateur en 3 jours. Bank of America expliquait en décembre 2014 avoir 800 000 utilisateurs actifs, et Chase Bank dévoilait encore récemment compter 1 million de cartes enregistrées. Au-delà du déploiement au Canada et en Australie, c’est en Chine qu’Apple Pay fait le plus fort, avec 38 millions de cartes bancaires enregistrées en 24 heures. Le partenariat conclu avec Union Pay et ses potentielles 5 milliards de cartes y est pour beaucoup. Apple est suivi de près par son concurrent Samsung Pay sur le marché du paiement mobile. D’autres marques comme Xiaomi et ZTE travaillent sur des systèmes sécurisés de paiement via puce NFC pour leurs smartphones. Les opérateurs mobiles pâtissent de cette situation et les projets qu’ils ont montés perdent toutes leurs chances.

Le paiement mobile bien plus fort que le paiement par wearable

Mais alors qu’Apple a expédié environ 9 millions de ses montres connectés en 2015, les wearables ne semblent pas peser lourd sur le marché du paiement sans contact. Juniper Research estime que seulement 2% des paiements sans contact seront à attribuer aux paiements via wearables en 2018. 

Source : LSA (04/2016)

Usages bancaires : le mobile en passe de dépasser l’ordinateur

Mobile First, Mobile Omni, Mobile ONLY… la tendance est lourde, très lourde et elle est portée par les APPS et ce dans tous les secteurs ! Les usages bancaires au quotidien ne font pas exception.

47% des clients français équipés d’un mobile utilisent plus souvent leur smartphone que leur ordinateur pour voir l’état de leurs comptes, selon une étude réalisée par CCM Benchmark.

L’usage du mobile pour la gestion des comptes bancaires est en passe de prendre le pas sur l’ordinateur. Certes, les services bancaires restent légèrement davantage utilisés sur ordinateur, comme le montre l’étude Banques et digital 2016 de CCM Benchmark, éditeur du JDN : 95% des répondants consultent leurs comptes sur PC, contre 93% sur mobile, 67% y effectuent des virement internes, contre 58% sur mobile, 43% des virements externes (30% sur mobile)… 

Mais les usages mobiles s’installent de plus en plus, notamment chez les jeunes générations.

Près de la moitié des clients multi-équipés sont désormais mobile-first : ils utilisent plus souvent leur smartphone que leur ordinateur pour voir l’état de leurs comptes. La proportion atteint même 59% chez les clients de moins de 35 ans. 

Les banques préférées des Français ne sont pas les mêmes sur ordinateur et sur mobile. Si la Banque Populaire obtient la meilleure note pour son espace client sur desktop, suivie par le Crédit Mutuel et la Banque Postale, la Société Générale est la banque préférée des Français pour le mobile, devant la Caisse d’épargne, le Crédit Mutuel et la Banque Populaire à égalité.

La fréquence de connexion sur mobile dépasse désormais celle sur ordinateur. 75% des moins de 35 ans se rendent au minimum plusieurs fois par semaine dans leur espace de home-banking sur mobile… alors que la proportion tombe à 57% sur ordinateur.

De manière générale, les usages bancaires en ligne continuent de se développer. La souscription de produits en ligne a ainsi nettement progressé ces dernières années. 21% des internautes ont déjà souscrit un produit bancaire ou d’assurance sur le site de leur banque principale. Des produits d’épargne avant tout (58%) mais aussi des comptes courants (36%), des assurances (28%), des assurances-vie (27%), des crédits à la consommation (21%), crédits immobiliers (11%) et comptes-titres (11%).

Ceci dit, les Français restent attachés aux banques traditionnelles et aux réseaux d’agences physiques. Seuls 23% des clients détenant un compte (hors compte courant) dans une banque 100% en ligne envisagent d’y transférer leur compte principal. Parmi les freins au passage au 100% en ligne, les sondés évoquent le poids de l’habitude (43%), l’absence de possibilité de rencontrer un conseiller (40%), la crainte que certaines opérations soient plus compliquées en ligne (30%), le manque de confiance (17%), la difficulté de changer de banque (12%).

Source : JDN (03/2016)