M-commerce : the place to be in 2016 !

ecommerce-m6qxonk87jpk21b2p5bw41r8ij0b48z9atlq0xiktsSource de l’image: Genious interactive

Le m-commerce est devenu l’épicentre du commerce connecté. Les français sont de plus en plus accrochés à leur smartphone. Avec un taux d’équipement en hausse, les Français passent plus de temps sur Internet au moyen de leur mobile. 94% des français possèdent un mobile et 82% des Français vont sur Internet tous les jours.

Les Français n’hésitent pas à dégainer leur mobile pour toutes les activités de leur vie quotidienne : travail, vie sociale, détente ou shopping. Le mobile est partout à tel point qu’il est devenu le prolongement de l’Homme. Jamais sans mon mobile, of course ! Nous vivons sur Internet à l’aide du mobile. Les connexions sur le web se font de plus en plus à partir d’un terminal mobile. Notre consommation est devenue omni-digitale ! Les enseignes et les pures-players devraient se réjouir et se ruer vers la place mobile pour toucher leurs consommateurs là où ils se trouvent c’est-à-dire à proximité de leur smartphone ! S’il y a bien un investissement à faire en 2016, c’est bien le mobile !

Le mobile serait-il devenu la clef de voûte du commerce omnicanal ? Le m-commerce est-il en train de devenir le nouveau terrain de prédilection des acheteurs en ligne ?

First mobile : plus de la moitié du trafic web se fait sur mobile !

Pour la première fois de l’histoire du web et depuis octobre dernier, le trafic à partir des terminaux mobiles a dépassé le trafic provenant du desktop. En mars 2016, 51,4% des visites de sites web proviennent du mobile. Le téléphone mobile remporte 43,4% du trafic des visites et la tablette enregistre une part de trafic de 8%. Avec plus de 48% des visites, l’ordinateur reste tout de même largement utilisé par les Français.

51,4% des visites de sites web proviennent du mobile (source : Médiamétrie).

Ces chiffres publiés par Médiamétrie attestent de la part croissante du mobile dans le paysage d’Internet.
C’est un fait : les consommateurs sont de plus en plus connectés et le mobile gagne une place de plus en plus importante dans notre consommation digitale. Un comportement qui influe littéralement sur les ventes provenant du canal mobile.

M-commerce : une part de marché en forte croissance !

Chaque année, les ventes sur mobile continuent d’augmenter marquant ainsi l’importance du mobile dans le parcours d’achat des consommateurs.

D’après la dernière étude de RetailMeNot publiée en mars 2016, les ventes sur mobile en France ont doublé en 2015. Ce canal de vente enregistre ainsi un chiffre d’affaires de 7 milliards d’euros. Les terminaux mobiles (mobile et tablette) représentent 19% des achats réalisés sur Internet.

1 achat online sur 4 se fait à partir d’un terminal mobile (source : RetailMeNot).

37% des e-acheteurs ont déjà réalisé un achat sur mobile. 522 euros c’est le montant annuel dépensé sur mobile par un acheteur français. En moyenne, les acheteurs sur mobile ont réalisé 10,5 transactions en 2015 avec un panier moyen de 49,74 euros.

Les ventes sur mobile devraient continuer de progresser en 2016. Les prévisions du m-commerce en France prévoient une croissance de 45% pour la tablette et une croissance de 42% pour le mobile. Les Français devraient dépenser 10,1 milliards d’euros en 2016 sur le canal mobile. Le marché du m-commerce représentera 1/3 du commerce en ligne.

Au vue de ces prévisions, le m-commerce apparait comme un véritable relais de croissance pour les retailers mais aussi pour les pure-players. Depuis l’explosion du marché du commerce en ligne, les consommateurs sont devenus de véritables catalyseurs dans l’écosystème digital. La démocratisation du smartphone dans notre société a conduit à un usage de plus en plus intensif du mobile. Pour être toujours dans la course, les enseignes devront être capables de répondre aux nouveaux usages des internautes en intégrant le mobile comme un point de contact essentiel dans l’expérience client d’un consommateur.

Si le digital est résolument au cœur du commerce d’aujourd’hui, le mobile est la pierre angulaire qui manquait à l’édifice pour suivre le consommateur tout au long de son parcours et le toucher à la fois lorsqu’il est online mais surtout dans les moments offline.

Pour autant, faut-il repenser le commerce à partir du mobile ? Et vous, commerçants êtes-vous prêts à passer le cap du m-commerce ?

Source : web&solutions (04/2016)

STAT OF THE DAY

Dans la poche ou à la main, les shoppers ne le quittent jamais. Ils utilisent leur mobile pour sélectionner leurs produits, vérifier leur disponibilité, regarder les avis, comparer les prix, s’informer sur les offres promotionnelles et

Les paiements mobiles représenteront 95 milliards de dollars en 2018 [Etude]

Le mobile peut-il enterrer la CB ? Est-ce le moment de dire adieu aux autres moyens de paiement ? APPLE PAY ou SAMSUMG PAY : DEUX grands exemples qui illustrent parfaitement la révolution des transactions effectuées via un mobile et qui doivent inquiéter nos amis banquiers.

ÉTUDE Alors qu’ils s’élèvent à 35 milliards de dollars en 2015, les paiements sans contact devraient tripler d’ici 2018, d’après une étude du 11 avril 2016 signée Juniper Research. Les wearables ne devraient représenter que 2% des paiements mobiles sans contact en 2018. 

C'est le smartphone qui devrait le plus tirer son épingle du jeu sur le marché du paiement sans contact.
C’est le smartphone qui devrait le plus tirer son épingle du jeu sur le marché du paiement sans contact.                     © goodluz – Fotolia

35 milliards de dollars. C’est le montant total de paiement sans contact enregistrés en 2015, en additionnant les paiements mobiles et les wearables, d’après une étude Juniper Research, publiée le 11 avril 2016. Plus impressionnant encore, les paiements sans contact devraient représenter 95 milliards de dollars en 2018. Sur ce marché du paiement mobile, c’est Apple qui a changé la donne, en déployant Apple Pay aux Etats-Unis, en octobre 2014. La marque a enregistré 1 million d’utilisateur en 3 jours. Bank of America expliquait en décembre 2014 avoir 800 000 utilisateurs actifs, et Chase Bank dévoilait encore récemment compter 1 million de cartes enregistrées. Au-delà du déploiement au Canada et en Australie, c’est en Chine qu’Apple Pay fait le plus fort, avec 38 millions de cartes bancaires enregistrées en 24 heures. Le partenariat conclu avec Union Pay et ses potentielles 5 milliards de cartes y est pour beaucoup. Apple est suivi de près par son concurrent Samsung Pay sur le marché du paiement mobile. D’autres marques comme Xiaomi et ZTE travaillent sur des systèmes sécurisés de paiement via puce NFC pour leurs smartphones. Les opérateurs mobiles pâtissent de cette situation et les projets qu’ils ont montés perdent toutes leurs chances.

Le paiement mobile bien plus fort que le paiement par wearable

Mais alors qu’Apple a expédié environ 9 millions de ses montres connectés en 2015, les wearables ne semblent pas peser lourd sur le marché du paiement sans contact. Juniper Research estime que seulement 2% des paiements sans contact seront à attribuer aux paiements via wearables en 2018. 

Source : LSA (04/2016)